Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Accessibilité
Haut de page

Up

Rétinopathie diabétique 22/03/2013

Retinopatia diabetica

Qu'est-ce que la rétinopathie diabétique ?

La rétinopathie diabétique est l'une des complications oculaires causées par le diabète, qui est une maladie qui empêche le corps de contrôler les niveaux de sucre dans le sang et à laquelle la rétine est particulièrement sensible.

La rétinopathie diabétique est provoquée par des anomalies dans les vaisseaux sanguins de la rétine. Ces vaisseaux peuvent se dilater, laisser le fluide s'échapper ou même s'occlure, et provoquer un arrêt de la circulation sanguine dans une zone de la rétine. Lorsque la maladie progresse, de nouveaux vaisseaux sanguins se forment et le tissu fibreux prolifère à la surface de la rétine, ce qui entraîne une baisse de la vision.

Lorsque le patient diabétique présente en outre des facteurs de risque supplémentaires, telles que l'hypertension artérielle, l'obésité, l'augmentation du cholestérol ou le tabagisme, le risque de souffrir de complications oculaires se multiplie. Pour cette raison, un patient souffrant de rétinopathie diabétique doit être extrêmement rigoureux quant à son état général, son régime et le contrôle de son poids. Il est en outre préférable qu’il arrête de fumer.

Symptômes 

La rétinopathie diabétique est à l'origine de symptômes, tels que la baisse progressive de la vision causée par l'œdème maculaire secondaire à la rétinopathie diabétique. L'œdème maculaire, qui est l'inflammation et l'accumulation de liquide dans la macula, se forme lorsque les vaisseaux sanguins de la rétine laissent échapper du fluide et entraîne une baisse de la vision centrale. Dans les premiers moments, il est souvent indolore et aucun symptôme n'est détectable, si ce n'est une vision trouble et des problèmes pour percevoir correctement les couleurs. Cependant, il est fondamental de le traiter à temps afin d'éviter des lésions dégénératives irréversibles.

La maladie débute parfois avec une hémorragie intraoculaire aiguë laissant soudainement apparaître des taches qui assombrissent partiellement ou totalement la vision.

Dans les premiers temps de la rétinopathie diabétique, de nombreuses personnes présentent très peu de symptômes malgré le fait que des complications se développement progressivement. C'est la raison pour laquelle toutes les personnes atteintes de diabète doivent se soumettre à des examens ophtalmologiques réguliers pour prévenir à temps des complications pouvant être évitées.

Quel est le traitement à suivre ?

Il est indispensable de se soumettre à un examen ophtalmologique complet comprenant en outre les examens suivants : rétinographie, tomographie par cohérence optique, angiographie en fluorescence, sauf contre-indication en cas d'allergie à la fluorescéine, et campimétrie.

Il est possible que les personnes présentant les formes les plus précoces de rétinopathie diabétique non proliférante n'aient pas besoin de traitement.

Certains patients présentent un très léger œdème maculaire diabétique qui ne provoque aucun symptôme. Dans ce cas, ils ont seulement besoin d'effectuer des contrôles oculaires réguliers. Dans d'autres cas, il est nécessaire d'appliquer des injections intravitréennes d'agents anti-angiogéniques ou de corticoïdes à libération prolongée, ou l'association des deux, afin de contrôler l'œdème diabétique, de rétablir la vision et de prévenir la perte de vision à cause de lésions dégénératives irréversibles sur les fines couches cellulaires de la rétine. Dans de rares occasions, il peut être conseillé de réaliser une photocoagulation au laser près de la région macula pour agir sur les micro-anévrismes et ainsi réduire l'œdème.

Lorsque la maladie montre des signes de progression vers des formes proliférantes, il est nécessaire de réaliser une panphotocoagulation sur les zones qui ne reçoivent pas assez de sang (ischémiques), afin d'éviter que les maladies n'évoluent vers des stades pouvant engendrer de graves complications. Ne pas réaliser ce traitement en raison d'une peur du laser est une grave erreur qui peut entraîner des situations irréversibles.

Dans les cas avancés, avec hémorragie intraoculaire et/ou décollement de rétine, il est nécessaire de recourir à des techniques avancées de microchirurgie intraoculaire qui se pratiquent sous anesthésie locale. Le laser et les différentes techniques de microchirurgie sont des procédures très efficaces dans le traitement de la rétinopathie diabétique, qui nous permettent de résoudre des situations de cas extrêmes. Cependant, l'idéal serait de ne pas y avoir recours en prévenant les complications.

Prévention 

Toute personne atteinte de diabète sucré (« diabetes mellitus ») doit contrôler son état général de manière rigoureuse et se soumettre à des examens ophtalmologiques réguliers, même en l'absence de symptômes. La prévention et le diagnostic précoce améliorent le pronostic visuel de la maladie. Il ne s'agit pas d'un cliché. Aujourd'hui, chez la plupart des patients, il est possible d'éviter des situations extrêmes à haut risque. Cependant, une constance dans les examens préventifs réguliers est requise. Dans le cas de la rétinopathie diabétique, et contrairement à d'autres maladies, le rendement de cette prévention est très élevé.

L'Institut de la Màcula dispose d'une technologie de pointe pour le diagnostic et le traitement de la rétinopathie diabétique, ainsi que pour le suivi de sa progression chez les patients diagnostiqués. L'Institut utilise la technologie MicroPulse, récemment développée, dont l’application est excellente dans certains cas d'œdème maculaire diabétique. Cette technologie est une thérapie basée sur une source de laser de très faible intensité, dont les impulsions ultracourtes et répétitives ne durent que quelques millionièmes de seconde. Cette méthode se révèle sure et efficace dans le traitement de l'œdème maculaire diabétique et permet d'éviter ou de retarder l'utilisation d'injections intravitréennes dans certains cas.


Traitements analogues

· Injections intravitréennes

· Vitrectomie postérieure / microchirurgie vitréo-rétinienne


Procédures analogues

· Rétinographie

· Tomographie par cohérence optique

· Angiographie en fluorescence

· Campimétrie visuelle

· Autofluorescence


Author

Dr Jordi Monés, médecin, titulaire d’un doctorat
Inscrit à l'ordre des médecins de Barcelone, sous le numéro 22838
Directeur
Docteur en médecine et chirurgie
Spécialiste en ophtalmologie
Spécialiste de la rétine, de la macula et du vitré

Last modified 3 August, 2017 - 16:36