Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Accessibilité
Haut de page

Up

Œil sec 06/01/2013

YAG3

Le syndrome de l'œil sec correspond à différentes altérations qui se caractérisent par des sensations d’inconfort oculaire et qui sont associées à la diminution de la production de larmes ou à une évaporation anormalement rapide du film lacrymal. La prévalence du syndrome de l'œil sec augmente avec l’âge et affecte environ 30 % de la population adulte. Il s'agit d’une pathologie chronique et très fréquente.

Symptômes

Lorsque la surface de l'œil n'est pas suffisamment hydratée, une sensation de gêne peut être ressentie : sécheresse, inconfort, sensation de brûlure sur la surface des yeux, baisse de la vision et, dans certains cas, lésions de la cornée et de la conjonctive.

Causes

Le syndrome de l'œil sec se produit lorsque la glande lacrymale ne sécrète pas suffisamment de larmes pour assurer une bonne lubrification de l'œil ou dans le cas d’une évaporation anormalement rapide du film lacrymal.

Le dysfonctionnement des glandes de Meibomius est l’une des causes les plus courantes de la sécheresse oculaire dite évaporative. Les glandes de Meibomius se situent à l'extrémité des paupières. Elles sécrètent une substance lipidique composée d’éléments comme les phospholipides, les triglycérides et les stérols libres

La fonction de ces dizaines de glandes peut être altérée par l’âge, la ménopause, le port prolongé de lentilles de contact ou une déficience aqueuse. Est en cause également l'administration de certains médicaments antiandrogènes, antidépresseurs ou rétinoïdes, entre autres.

La sécrétion normale des glandes de Meibomius dépend de facteurs génétiques et hormonaux.

Traitement

Pour déterminer le traitement à suivre dans chacun des cas, il est nécessaire de réaliser un interrogatoire initial, ainsi qu’une exploration et des examens ophtalmologiques spécifiques. Il est important d’identifier la cause et de la traiter rapidement afin de prévenir d’éventuelles lésions oculaires.

Dans les cas bénins de syndrome de l'œil sec, il est important de nettoyer les glandes lacrymales à l'aide de lingettes ophtalmiques plusieurs fois par jour. Les larmes artificielles et les gels lubrifiants permettent de contrôler la sécheresse et l’irritation.

Dans les cas modérés de l'œil sec, on augmente la fréquence d’application des larmes artificielles. Si ces mesures ne sont pas adaptées ou difficiles à mettre en œuvre, il est nécessaire d’envisager une occlusion des points lacrymaux à l'aide de bouchons lacrymaux. L’émulsion ophtalmique de cyclosporine à 0,05 % est efficace chez les patients souffrant de l'œil sec chronique et d’une diminution de la production de larmes due une à inflammation oculaire.

Dans les cas graves de l'œil sec, on prescrit des traitements complémentaires plus spécifiques : acétylcystéine, sérum autologue, chambre humide ou tarsorraphie.

Lorsqu’il s'accompagne de maladies du tissu conjonctif (comme par exemple le syndrome de Gougerot-Sjögren), l’ophtalmologiste agit en collaboration avec un médecin spécialiste en médecine interne ou à un médecin rhumatologue.

Lorsque le patient souffre d’un dysfonctionnement des glandes de Meibomius, nous procédons à un débouchage des glandes et au rétablissement du film lacrymal en réalisant un massage des paupières. Cela permet de stimuler la sécrétion de larmes. Cette procédure est sans risque, rapide et efficace.

More information:

Unité spécialisée en sécheresse oculaire


Traitements analogues

· Massage des paupières

·


Procédures analogues

· Test de Schirmer


Author

Dr Paula Verdaguer, médecin
Inscrite à l'ordre des médecins de Barcelone, sous le numéro 40737
Ophtalmologiste
Spécialiste de la cornée, de la chirurgie réfractive et de la cataracte

Last modified 17 January, 2018 - 14:05