Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Accessibilité
Haut de page

Up

Myopie, hypermétropie et astigmatisme 24/03/2013

miopia-hipermetropia-astigmatismo

Qu'est-ce que la réfraction oculaire ? 

Un grand nombre des rendez-vous chez l'ophtalmologiste concernent des troubles de la réfraction oculaire. La plupart des réfractions ne sont pas des maladies à proprement parler, mais de petites variations dans la taille ou la forme de l'œil qui font que les images ne sont pas nettes et obligent le patient à porter un appareil de correction optique.

Les défauts de la réfraction oculaire sont au nombre de trois : la myopie, l'hypermétropie et/ou l'astigmatisme.

Myopie

L'œil myope possède une longueur plus élevée que la normale. Les images des objets éloignés sont formées en avant de la rétine. C'est pour cette raison que les images ne sont pas nettes.

Hypermétropie

L'hypermétropie est le contraire de la myopie. L'œil possède une longueur moins élevée que la normale. Les images des objets éloignés sont formées en arrière de la rétine.

Astigmatisme

L'astigmatisme est un défaut qui correspond à une irrégularité (défaut de sphéricité) des surfaces optiques, en particulier de la cornée. Il est souvent associé à une myopie ou une hypermétropie.

Un grand nombre d'individus présentent un certain degré d'astigmatisme.

Comment corriger les défauts de la réfraction

La chirurgie réfractive a pour objectif de réduire ou éliminer de manière définitive la dépendance à la correction optique (lunettes ou lentilles).

Aujourd'hui, nous disposons d'une série de techniques chirurgicales qui corrigent les défauts de réfraction de manière définitive et qui nous permettent de vaincre la dépendance aux lunettes. Parmi ces techniques de chirurgie réfractive, nous distinguons deux types :

  • Les techniques au laser qui agissent sur la cornée. Ce sont les plus utilisées lorsque le degré de myopie, d'hypermétropie et d'astigmatisme n'est pas très élevé.
  • Les techniques avec des implants intraoculaires phaques. Elles sont généralement utilisées dans le cas d'aberrations optiques de degré élevé ou lorsque, pour une raison quelconque, il est impossible d'utiliser la technique au laser. En raison de leur niveau de sécurité, de leur forte prédictibilité et de la qualité de vision qu'elles offrent aux patients, la tendance actuelle est d'opter pour les techniques utilisant des implants intraoculaires pour des anomalies de réfraction de plus en plus légères. 

Techniques de chirurgie réfractive

Chirurgie réfractive cornéenne

LASIK

Le LASIK est la technique de chirurgie réfractive la plus utilisée. Cette procédure consiste à modifier la forme de la cornée dans le but de corriger complètement les troubles de réfraction et les défauts optiques de l'œil. On sépare avec soin les premières lamelles du volet cornéen (flap cornéen), mécaniquement ou à l'aide d'un laser femtoseconde. On applique ensuite le laser excimer, qui modifie la forme de la cornée pour corriger les défauts visuels par fraction de dioptrie. En dernier lieu, on repositionne le volet cornéen sur la zone traitée, sans besoin de suture, afin de reconstituer la surface oculaire normale.

Le laser excimer que nous possédons à l'Institut de la Màcula permet de réaliser des traitements personnalisés afin d'augmenter la précision de la correction, d'améliorer la qualité de la vision et de respecter plus efficacement l'épaisseur la cornée.

La technique de chirurgie réfractive LASIK est une intervention qui se pratique sous anesthésie topique. Elle est très rapide et complètement indolore. La récupération visuelle est quasiment immédiate. Après quelques heures, le patient peut réaliser la plupart de ses activités quotidiennes sans avoir besoin de porter des lunettes.

PRK

La photokératectomie réfractive (PKR) au laser excimer est une technique chirurgicale permettant de corriger les défauts visuels par fraction de dioptrie avec une ablation de la surface cornéenne. Cette technique permet d'appliquer directement le laser à la surface de la cornée afin de sculpter une nouvelle surface optique sous l'épithélium.

La PKR présente de nombreux avantages : simplicité, sécurité (sans découpe de la cornée) et précision. Toutefois, à la fin du traitement, une partie de la cornée est dépourvue de son épithélium. Celui-ci devra se reconstituer. Le patient peut ressentir certains désagréments postopératoires durant les premiers jours.

La PKR est à préférer dans certains cas, surtout pour corriger des myopies faibles et éliminer des opacités en surface de la cornée.

Quelques remarques

Le choix de la technique de chirurgie réfractive qui convient le mieux à chacun dépend de plusieurs facteurs. Il est essentiel que l'anomalie de réfraction reste stable pendant un minimum d'un an, que le patient ait plus de dix-huit ans et que celui-ci soit très motivé pour réaliser l'intervention.

Le chirurgien devra prendre en compte le nombre de dioptries à corriger, les caractéristiques de la cornée en termes de forme, de courbure, de régularité et d'épaisseur, les caractéristiques du segment antérieur de l'œil et la profondeur de la chambre antérieure. Il devra également évaluer l'état des différentes structures oculaires en réalisant un examen ophtalmologique complet.

Le chirurgien devra effectuer quelques examens spécifiques complémentaires. Et, après avoir pris le temps d'évaluer l'ensemble de ces facteurs, le spécialiste donnera son avis quant à la technique de chirurgie réfractive la plus adaptée et la plus sure dans chacun des cas.


Traitements analogues

· Chirurgie réfractive cornéenne : LASIK, PKR

· Chirurgie réfractive avec implant phaque de chambre postérieure (ICL)

· Contactologie


Procédures analogues

· Aberrométrie

· Topographie cornéenne

· OCT de segment antérieur

· Microscopie spéculaire

· Test de Schirmer

· Kératométrie


Author

Dr Paula Verdaguer, médecin
Inscrite à l'ordre des médecins de Barcelone, sous le numéro 40737
Ophtalmologiste
Spécialiste de la cornée, de la chirurgie réfractive et de la cataracte

Last modified 16 November, 2017 - 17:43